Offrir de l’empathie

Un parent d’enfant différent est un parent A+ par la force des choses.  En effet, il est constamment en évaluation et en formation.  Il est donc évidemment plus équipé dans son rôle parental que la moyenne des ours.

 Il est « évalué » par l’ergothérapeute qui cherche à savoir combien de temps passe son bébé en motricité libre, par la psychoéducatrice qui veut savoir quelles interventions sont utilisées pour gérer les colères de Junior, par le pédiatre qui s’inquiète de la courbe de croissance de la petite dernière. Bref, sa vie quotidienne est passée au peigne fin, pesée et sous-pesée par les nombreux spécialistes qui entourent l’enfant.  Par la suite, il devra s’adapter et prendre du temps pour accompagner bébé en motricité libre, il devra appliquer les recommandations pour gérer les crises de Junior et noter tout ce que la petite dernière ingurgite pour s’assurer qu’elle mange suffisamment. De plus, si l’enfant a en plus été adopté, le parent a été évalué pour prouver qu’il avait les aptitudes parentales pour accueillir un nouveau membre dans sa famille.

C’est donc un travail de parents des plus exigeants. Ils deviennent de véritables spécialistes de ce qui fonctionne ou pas dans leur vie familiale. Ils cumulent aussi plusieurs deuils au fil du temps suite aux diagnostics, à la permanence des difficultés chez leur enfant…

Est-ce que vous avez un de ces parents A+ dans votre entourage et ne savez pas quoi faire ou quoi dire devant l’ampleur de la situation?  Vous vous sentez mal à l’aise… C’est bien normal, la détresse des autres nous rend souvent malhabiles alors une petite chose toute simple et gratuite que vous pouvez offrir à ces parents est de l’empathie. Oubliez les jugements du style « oui, mais si tu étais plus ferme… » ou une banalisation de la situation du parent en disant « Bein oui, mais c’est un enfant »… Ce type de phrase décourage beaucoup plus les parents qu’elles ne les aident.

En offrant de l’empathie, le parent se sentira supporté et cela vous aidera à gérer votre malaise. Comment peut-on offrir de l’empathie? De façon très concrète vous pouvez offrir de l’écoute, mettre votre main sur l’épaule du parent, lui offrir un café s’il est votre collègue, lui dire qu’il est un combattant, lui envoyer un petit courriel pour prendre de ses nouvelles, prendre le temps de lui parler de ce qu’il l’intéresse en dehors de sa palpitante vie familiale. Lui donner le droit d’être une personne en dehors de sa vie de parent. Bref, toute petite attention gratuite sera certainement appréciée. J’insiste sur le gratuit, car si l‘on attend un retour du parent A+ cela met de la pression inutile sur ce dernier, car même s’il le veut, il ne peut pas nécessairement vous remettre ce que vous lui donnez, car il est surchargé mentalement et affectivement.

En espérant, que cela vous inspire à offrir une petite douceur à un de ces parents A+.

***Petite tranche de vie : Ma vie de parent A+ était tellement aride pendant une période que chaque fois que la serveuse du café me faisait un dessin sur mon café ou me souhaitait une belle journée, cela me tirait une petite larme. Comme quoi chaque petite attention peut devenir une mine de réconfort.

 

Autres billets sur les parents A+:

Le corps d’un super parent | Le cerveau

Le corps d’un super parent | Le dos

Le corps d’un super parent | Les mains et les pieds

Le corps d’un super parent | Les oreilles, la bouche et les yeux

Vous voulez partager...Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *